Les spectacles

Le Malentendu
de Albert Camus
du 3 au 12 Décembre 2004

Belgrade, 5 janvier 1935 – Le journal « La Vreme » titre : « Effroyable tragédie, une hôtelière, aidée de sa fille, tue pour le voler, un voyageur qui n’était autre que son fils. En apprenant leur erreur, la mère se pend, la fille se jette dans un puits.

Cette tragédie moderne, dont la réalité dépasse la fiction, illustre combien notre vie sillonne au travers d’un flot de méprises, d’erreurs de calcul et décalages. Pour Camus, l’homme est, par essence, étranger à l’univers dans lequel il se meut. L’homme a créé lui-même les situations conflictuelles des choses qui l’entourent.

Il eût été si simple à cet homme revenu après de nombreuses années dans l’auberge de sa mère et de sa sœur de se faire connaître ou reconnaître. Cet homme apparaît comme le premier responsable de ce « malentendu » qui prend ici la forme extrême et terrible du crime.

Albert Camus est avant tout homme de théâtre, c’est-à-dire de terrain, c’est-à-dire d’action vivante. Il travaillait dans le théâtre à la fois pour se prémunir des nuisances extérieures, mais aussi pour y mieux réfléchir aux choses de l’existence.

Ce théâtre est aujourd’hui plus que jamais de mise : il replace l’homme dans ce qu’il a de plus fondamental, de plus nécessaire, de plus vital : la volonté de résoudre dans les faits comme dans la pensée le malentendu basique dans lequel la société noie l’individu.

Une pièce à ne manquer sous aucun prétexte !

Avec ...

 
  • Johanne Lauwer: Martha, costumes
  • Dominique Bleeckx: Maria
  • Michèle Fumière : La mère

Mise en scène de   Pierre Geranio
Régie de   Dédé Van Seymortier
Décors de   José Bertrand

Album photos